Théâtre Nô 3 - sur scène-

Les groupes musicaux pour le théâtre Noh se composent de quelques chanteurs qui restent assis au bord de la scène (ou au fond de la scène), 3 percussionnistes et 1 flûtiste appelé un Nokan / 能 管 au fond de la scène.


Le théâtre Noh commence souvent avec de la musique venant de derrière la scène.On entend la flûte, qui nous amène dans un monde inhabituel (souvent le public parle à ce moment), puis une fois le silence arrivé, les musiciens entrent sur scène. Pas d'applaudissements. Les artistes déjà présents à l'entrée de la scène (et à la sortie de la scène) font partie de la performance. Tous les musiciens entrent lentement et calmement sur scène, s'assoient là où ils doivent être. Bien sûr, il n'y a pas de chaises. La philosophie du théâtre Nô est, comme notre vie, «partir de rien et revenir à rien». Ce qui veut dire en réalité, avant et après la représentation, vous ne pouvez rien laisser sur la scène. Cette philosophie, bien qu’intéressante et fort belle, peut causer aussi des difficultés pour les musiciens, car ils ne peuvent pas avoir leurs chaises sur scène.... Pendant la représentation, ils s'assoient d'une manière particulière appelée «seiza / 正 座», qui signifie «s'asseoir correctement». Pour vous asseoir à la manière de seiza, vous devez être à genoux sur le sol, puis vous asseoir sur vos mollets et vos pieds. Il s'agit d'un style d'assise traditionnel qui est encore utilisé dans les nombreuses situations.




Le problème du style seiza est que vos jambes s'endorment avec le temps. Ils s'endorment mais en même temps, vous avez l'impression d'être piqué par plusieurs abeilles ou de recevoir un choc électrique. C'est tellement dure qu'un canadien, célèbre comédien de Rakugo, a appelé ce style «punition». Il est impossible de rester calme une fois que cela vous arrive!



Normalement, les musiciens du théâtre Noh doivent quitter la scène calmement sans aucune expression sur leurs visages afin de respecter cette philosophie. Mais, il est très difficile d'accomplir cette tâche une fois qu'ils ont les jambes endormies avec de douloureux picotements. En général, nous n'avons aucun problème une fois que nous nous sommes habitués à nous assoir à la manière de seiza.Cependant, cela arrive parfois, même si nous y soyons habitués, d’être victimes de situations amusantes mais embarrassantes, comme ce musicien qui devait quitter la scène en marchant à quatre pattes. C'est drôle quand on l'entend plus tard mais ce n'est certainement pas drôle du tout au moment même. C'est l'un des problèmes connus de nombreux artistes traditionnels japonais, mais ce style ne change jamais. Pour les musiciens kabuki, grâce au rideau de scène (comme l'opéra), ils n'ont pas ce problème lié au seiza car ils n'ont pas besoin de quitter la scène. En plus de cela, ils peuvent avoir une petite chaise cachée avec laquelle on dirait qu'ils sont assis dans le style seiza.


© 2023 by KandaNozomiMusic